Devenir Traducteur ou Interprète 10 choses à savoir !

Devenir Traducteur ou Interprète

Lorsqu’on songe à devenir traducteur ou interprète, on se représente instantanément devant une délégation d’entreprises étrangères portant un costume élégant dans un bureau de Wall Street, ou en traduisant un nouveau livre qui se vendra à des millions d’exemplaires au cours de sa première semaine sur le marché. Ou, du moins, c’est comme ça que je m’imaginais quand j’envisageais de postuler dans une université de langue étrangère.

Mais à quoi ressemble la réalité ? Cette profession est-elle aussi prestigieuse et bien rémunérée que le show-business essaie de nous faire croire ? Et quelle est la différence entre être traducteur en Chine et en Occident ?

Entretien avec LINA HUANG, traductrice et interprète chinoise expérimentée.

Aujourd’hui, j’ai eu la chance de parler à une professionnelle de la traduction – Lina Huang, diplômée de l’une des meilleures écoles d’interprètes et de traducteurs de France – L’ESIT à l’UNIVERSITÉ DE PARIS 3 SORBONNE. Elle a travaillé sur diverses missions allant de la traduction de bandes dessinées à l’interprétation en temps réel pour la China National Petroleum Corporation. Elle parle 4 langues (chinois, français, japonais, anglais), mais se concentre principalement sur le couple chinois-français depuis 8 ans, et elle a eu la gentillesse de partager son expérience avec nous.

  1. Pourquoi êtes-vous devenu interprète/traducteur ?

Devenir Traducteur ou Interprète

L.H.: J’aime travailler à la maison et en déplacement. J’ai toujours voulu garder ma liberté, voyager et travailler en même temps, c’est donc la raison principale de mon choix professionnel. Même si je préfère l’interprétation, qui apporte moins de liberté, il y a plus d’interaction avec les gens, et c’est plus stimulant par rapport à la traduction de documents.

  1. Où pouvez-vous étudier la traduction ? Et pourquoi avez-vous choisi votre école ?

L.H.: J’ai étudié à l’UNIVERSITÉ DE PARIS 7 DENIS DIDEROT (Langues Modernes Appliquées au Droit et à l’Economie) parce qu’ils ont une discipline appelée “Langues Modernes Appliquées” avec l’anglais-japonais, et moi la langue japonaise est l’une de mes grandes passions. Pour ma maîtrise, je suis allé à l’UNIVERSITÉ DE PARIS 3 SORBONNE (c’est en fait une école indépendante affiliée à la Nouvelle Sorbonne), car c’est l’une des trois meilleures écoles du monde. Ils travaillent avec 40 langues et ont des étudiants de 40 pays, et la concurrence pour les places est très féroce. Pour la langue chinoise, ils n’acceptent que 3 à 5 étudiants par groupe. J’ai aimé y étudier, car les gens qui sont acceptés deviennent de très bons traducteurs et vous pouvez apprendre beaucoup d’eux aussi.

  1. Quels sont les critères d’admission pour les grandes écoles de traduction comme l’UNIVERSITÉ DE PARIS 3 SORBONNE ?

L.H.: Comme cette université n’est pas une école de langues mais une école de traducteurs, entre autres choses, vous devez :

  • avoir une certaine expérience professionnelle dans ce domaine
  • avoir séjourné au moins 2 ans en France avant de postuler
  • parler au moins 3 langues étrangères
  1. Quelles sont les meilleures écoles pour étudier l’interprétation en Chine ?

L.H.: Pour moi, c’est BEIWAI (Beijing Foreign Studies University), China Foreign Affairs University, Fudan University et Shanghai International Studies University.

  1. Quel a été le projet le plus intéressant que vous ayez fait jusqu’à présent ?

L.H.: Le projet le plus intéressant est le projet le plus stimulant, parce qu’il vous motive. Pour moi, c’était un atelier Chanel à Paris, où Chanel a réuni les 30 meilleurs tailleurs du monde. Je traduisais pour des tailleurs chinois qui se spécialisent dans la retouche de vêtements pour leur formation de 5 jours.

Tous les jours pendant 2 mois avant la formation Chanel nous a envoyé divers documents et matériaux, des mots techniques et d’autres aspects importants à noter. A cette époque, je pensais que 2 semaines d’apprentissage et de préparation seraient suffisantes, mais le monde du luxe m’a pris par surprise. Il était si difficile de traduire toutes les techniques de retouche spécifiques et les différents secrets du métier. Les tailleurs, tout comme les artistes, choisissent leurs mots différemment, alors j’avais l’impression de ne pas apporter grand-chose à la conversation lorsque j’ai pris la parole. En fait, la meilleure façon de comprendre clairement la technique est d’en faire une démonstration. Comme mon groupe a regardé la démonstration de près, je me suis senti inutile et franchement, deux semaines de préparation n’étaient pas suffisantes pour se familiariser pleinement avec ce monde de l’artisanat de luxe.

  1. Quelles sont les qualités les plus importantes chez un traducteur ?

Devenir Traducteur ou Interprète

L.H.: Fidélité au texte original. Il ne faut pas réécrire complètement le texte, mais l’utiliser comme un outil pour traduire entre les deux textes, à moins que vous ne traduisiez de la fiction, mais c’est une autre histoire.

  1. Est-ce qu’un traducteur a besoin d’une spécialisation ?

L.H.: Lorsque les clients nous demandent “quelle est votre spécialisation”, nous trouvons toujours cela un peu déroutant. Tout le monde part de zéro, et cette question convient à quelqu’un qui travaille depuis plus de dix ans comme traducteur ou interprète, mais la plupart d’entre nous travaillons sur toutes les demandes qui se présentent. A l’université, vous devrez choisir une spécialisation, et j’ai étudié le droit, donc pour moi, ce serait parfait pour traduire des textes de droit français, mais la demande est limitée, et la traduction d’un article important peut n’arriver qu’une fois tous les deux ou trois ans. Et oui, si vous êtes un traducteur interne travaillant pour des sociétés spécialisées, comme les montres ou les parfums, vous pouvez vous appeler un traducteur spécialisé, mais en réalité, il n’y a pas beaucoup de gens dans l’industrie qui s’en tiennent à une spécialisation.

  1. Quels sont les principaux défis dans votre travail quotidien ?

L.H.: Je ne trouve pas beaucoup de difficultés dans mon travail quotidien, donc je dois dire que la principale est les délais (rires). Lorsque vous ressentez la pression d’une échéance, vous commencez à vous pousser, à concentrer toute votre énergie mentale sur une tâche. Et bien sûr, vous devriez essayer de ne pas travailler de chez vous ! Il est très difficile d’organiser votre temps de travail à domicile. Vous aurez une journée de travail plus productive à partir d’une bibliothèque ou d’un café. Plus important encore, ne commencez pas seulement lorsque vous ressentez de la pression. Ce n’est pas une façon très intelligente de travailler.

  1. Quelles sont les principales différences entre la France et la Chine dans le domaine de la traduction ?

L.H.: J’ai étudié et commencé à travailler en France, et maintenant je vis et travaille en Chine. Le marché du travail en France est très standardisé, et en Chine, c’est un peu la pagaille. C’était un choc pour moi quand je suis venu en Chine, parce que les traducteurs en France sont très bien payés, et en Chine, ils gagnent environ un dixième du revenu d’un traducteur français. Bien sûr, les traducteurs en France paient des impôts, et ils sont très respectés. En Chine, la traduction est un travail indépendant, et la plupart des étudiants qui étudient les langues étrangères ne deviendront pas traducteurs – ils préféreront un emploi plus stable, probablement au sein d’une institution gouvernementale.

De plus, en Chine, il est difficile de trouver un partenariat à long terme. Je reçois un texte à traduire, puis mon contact disparaîtra. En Chine, dans certains cas, je n’obtiens aucun droit de dénomination. Il est de pratique courante pour un traducteur chinois de diviser les textes volumineux entre les autres traducteurs et, une fois que c’est fait, de rassembler ce texte en un seul sous leur propre nom. C’est bien sûr illégal en France.

  1. Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui commencent tout juste à étudier cette majeure ?

Devenir Traducteur ou Interprète

L.H.:Je vous conseille de commencer à vous entraîner tôt. Il y a des tonnes de ressources qui peuvent aider les jeunes spécialistes à commencer à perfectionner leurs compétences.

L’un des sites Web que je recommande pour la formation des jeunes traducteurs est 译言:http://article.yeeyan.org. Les traducteurs peuvent créer leur propre portfolio et télécharger leur travail, comme la traduction d’articles d’actualité, qui peuvent être prévisualisés par des clients potentiels.

S’ils se sentent en confiance en traduisant des livres, ils peuvent se joindre à un projet de traduction Ebook et être payés :  http://g.yeeyan.org.

On peut aussi commencer à traduire des émissions de télévision et à écrire des sous-titres, ce qui peut vous rendre plus visible.

Enfin, il est important pour un traducteur de se connecter avec d’autres traducteurs, car il s’agit d’un cercle relativement petit.

 

Alors vous aussi vous souhaiter de devenir traducteur ou interprète ?

 

Hi-COM fr 

Alexandre QUINCÉDevenir Traducteur ou Interprète 10 choses à savoir !

Related Posts